2016
Arts et culture

Quel défi ce projet devait-il relever ?

Le Centre Herman van Veen Arts à Soest, Pays-Bas, est implanté sur un ancien lotissement. Ce centre d’arts et de culture a été créé en 2012 à l’initiative d’un artiste et acteur néerlandais, Herman van Veen, et son guitariste de toujours, Edith Leerkens.

La culture et la nature se rencontrent et s’associent dans ce projet. Par exemple, le manoir classé contient des peintures de Herman van Veen, accueille des activités de plein air pour enfants et adultes dans un parc libre d’accès et une ancienne grange abrite un petit théâtre. La salle contient 80 places et offre une plate-forme à de jeunes artistes qui souhaitent associer les performances théâtrales, musicales et de danse.

En quoi l’approche du projet est-elle innovante ?

Aucun billet n’est proposé à la vente pour les représentations au Centre d’arts ; du moins, pas en prévente. Toute personne souhaitant assister à une représentation peut simplement se présenter. C’est ainsi que la population fait connaissance du domaine et découvre les autres activités proposées, telles que les représentations.

Ce concept innovant transforme le Centre d’arts en une expérience personnelle. Il ne se focalise pas sur le « consommateur théâtral » anonyme qui achète des billets en ligne, mais sur les personnes qui sont ouvertes aux surprises et aux rencontres. Les personnes qui souhaitent soutenir le Centre d’arts peuvent devenir « amis » et être informées plus longtemps.

Quel a été l’impact de la Banque Triodos sur ce projet ?

La relation entre la Banque Triodos et le Centre d’arts date de plusieurs années déjà. Dès le début de l’exploitation du Centre, la Banque a mené des discussions sur le financement et l’exploitation du domaine. Et, en 2016, la Banque a octroyé un crédit hypothécaire permettant d’acquérir l’ancien manoir qui est un monument national.

Dans ce cadre, la Banque Triodos et le Triodos Cultural Fund – qui ont chacun assumé la moitié du financement – ont uni leurs forces avec le Fonds national néerlandais de restauration (Nationaal Restauratiefonds). Le Fonds est en charge du financement de la restauration de l’immeuble, qui abrite des représentations, des bureaux et des espaces de travail. Au terme de la restauration en 2017, il accueillera également des réceptions, des dîners et des réunions professionnelles.

Quel est l’impact du projet sur le secteur ?

Le Centre d’arts offre une occasion aux jeunes artistes talentueux et contribue dès lors au développement du secteur culturel. Il se concentre spécifiquement sur des artistes qui associent différents genres et correspondant à la polyvalence de Herman van Veen même.

Le Centre apporte également la preuve de la valeur ajoutée induite par l’organisation d’évènements culturels dans un lieu baigné par la nature. Les activités intérieures et extérieures sont combinées. La quiétude de la nature inspire les représentations et d’autres activités organisées à l’intérieur. De plus, les représentations théâtrales sont également données partiellement à l’extérieur.

Quel est l’impact du projet sur la société ?

Le centre d’arts Herman van Veen est inspirant, et ce, de différentes manières. C’est un lieu magnifique accueillant des évènements passionnants. Il se focalise spécifiquement sur les enfants. Par exemple, des chasses au trésor sont organisées dans les bois du domaine. Il abrite également la petite maison d’Alfred J. Kwak : le petit canard dont la renommée mondiale est partiellement due à une série télévisée de 52 feuilletons.

Cette attention accordée aux enfants est délibérée. Herman van Veen est passé maître dans les droits des enfants et dirige la Fondation Lot, qui défend les droits des enfants dans le monde entier.

Comment la Banque Triodos partage-t-elle votre vision dans le cadre de ce projet ?

La Banque Triodos contribue à une société de qualité de vie. Le Centre d’arts Herman van Veen fait de même de nombreuses manières ; via les activités culturelles qu’il programme, mais également via la contribution du centre à la conservation et au développement des richesses naturelles.

Le Centre insuffle également une nouvelle jeunesse à l’ancien manoir du domaine. Le Centre, la Banque et le Nationaal Restauratiefonds veillent ensemble à la préservation de ce monument national possédant une valeur culturelle et historique importante.