2018
Arts et culture

Le Palace, véritable fleuron du patrimoine bruxellois, a retrouvé sa vocation première : celle d’un complexe de cinéma et de divertissement au centre de Bruxelles. Le bâtiment abrite toujours l’esprit et les codes de l’Art nouveau.

Quel défi a été la source d’inspiration de votre projet ?

Il y avait plein de défis à soulever. D’abord, un défi architectural important puisqu’il s’agissait d’un bâtiment historique. Il a fallu réunir beaucoup d'énergie et beaucoup d'argent pour réaliser le projet. Par exemple, nous avions également à convaincre le service Monuments et Sites que c’était un bon projet.

L’autre défi consistait à s'intégrer ici, dans Bruxelles, au cœur de la ville. Donc, essayer de faire en sorte qu’il y ait un réel échange pour que toutes les institutions politiques concernées soient derrière le projet et le fassent aboutir.

De quelle manière votre démarche est-elle innovante ?

Ce qui est différent d'un autre cinéma, c'est que ce n'est pas qu'un lieu pour aller voir un film. C'est un lieu à vivre, c'est-à-dire que c'est un lieu dans lequel on peut venir pour voir un film, pour manger, pour boire un verre, pour rencontrer d'autres personnes, pour assister à des débats, des conférences, faire plein de choses différentes que simplement regarder un film. Ou, et c’est déjà très, très bien, regarder un film.

Donc, c'est un peu la maison des sens. Les sens qui sont tournés vers la curiosité, mais aussi vers le plaisir. Le plaisir de voir un film, le plaisir de bien manger, le plaisir de partager, le plaisir de se rencontrer, l'amour des autres …

Quel impact la Banque Triodos a-t-elle eu sur votre organisation ?

C’est grâce à Triodos qu'on a pu financer le projet et engager les travaux. Donc, Triodos nous a aidés dès le départ, enfin, est montée très vite dans le bateau pour aider au financement de tous les travaux qui ont eu lieu. Et ils ne nous ont pas lâchés, puisqu'à la fin, quand on a cherché encore des sous pour lancer les premiers engagements, ils étaient encore présents et nous ont de nouveau aidés. Donc, voilà, Triodos est proche de nous, c'est clair.

Quel impact votre organisation a-t-elle eu sur votre secteur d’activité ?

Le Palace, c'est différent, parce que déjà, c'est un lieu d'histoire. C’est un cinéma depuis 1913. À l'époque, c'était Pathé qui est venu ici, qui débarque à Bruxelles avec le cinéma et qui ouvre une grande salle à l'italienne de 2 500 places, avec un esprit déjà de convivialité où on mélange l'activité du cinéma et l'activité de l'Horeca.

Donc, manger, se rencontrer, et faire plus que simplement aller au cinéma. Et ça, c'est un esprit qu'on a voulu vraiment recréer et remettre en place dans le cadre du Palace.

Quel a été l’impact de votre organisation sur la collectivité ?

Bruxelles, c'est une ville multiculturelle. C'est une ville où les francophones et les néerlandophones se mélangent, mais pas que ça. Il y a aussi toute la population européenne, il y a énormément d'expatriés … Donc, c'est une ville qui est très internationale et ça, effectivement, c'est un volet sur lequel on va travailler, par exemple en présentant des versions originales sous-titrées en anglais, ce qui n'existe pas dans d'autres cinémas.

Nous voulons créer des zones d’échange. C'est-à-dire que si on arrive à faire quelque chose dans laquelle les deux communautés, ou les trois communautés, ou toutes les communautés de Bruxelles se rassemblent, là, on aura gagné notre pari.

Le Palace, c’est un projet de distribution de la culture et un projet d'intégration dans son quartier. Un projet où le but, c'est vraiment de créer de l'échange avec les autres.

Comment la Banque Triodos partage-t-elle la vision qui sous-tend votre projet ?

Le restaurant est un restaurant qui travaille sur des produits durables. Donc, on essaie de travailler en circuit court, tant au niveau des légumes que des fruits, que de la viande, que toutes nos … On travaille avec des petits producteurs, des petits producteurs artisanaux au niveau des bières, on propose des thés qui sont bio … Donc, on essaie d'avoir une démarche qui contribue à la transition.

Je pense que l'ensemble de toutes ces valeurs-là, que ce soit l’échange, le développement durable et une attention particulière à la manière dont on traite notre personnel, font que Triodos et le Palace sont connectés.