Le monde en 2015

Les taux d’intérêt historiquement bas des banques centrales et l’énorme apport de liquidités, qui caractérisent la politique de l’assouplissement quantitatif ou ‘quantitative easing’, persistent à être la ‘réponse monétaire’ des autorités à l’absence de croissance économique en 2015. Alors que la pertinence de cette approche a été débattue par quantité d’experts, son impact négatif sur les taux d’intérêt pour le petit épargnant est un fait avéré.

Les particuliers, les entreprises, les banques et les gouvernements ont continué à se débattre avec la crise financière et l’héritage de celle-ci. Dans le même temps, les régulateurs ont continué à exiger des banques – petites ou grandes, sans distinction – qu’elles consacrent du temps et des efforts considérables afin de répondre aux nouvelles exigences réglementaires. Ces efforts visent à améliorer la résilience du secteur bancaire et, en conséquence, à diminuer le risque de nouveaux sauvetages publics des institutions financières dans le futur.

L’inexorable montée en puissance de la durabilité

Simultanément, la durabilité s’ancre de plus en plus profondément dans la vie quotidienne de nombreuses personnes. Ce mouvement est lié à une prise de conscience croissante de la convergence entre changement climatique et crises sociales, et aux solutions positives qui permettent d’y répondre. Les banques se sont de plus en plus saisies de la thématique de la durabilité, certaines y voyant une opportunité réelle en termes de marché, d’autres pour répondre à l’insistance de leurs parties prenantes, d’autres encore parce qu’elles y voient une approche plus pertinente sur le long terme pour préserver leur santé future. Dans de nombreux pays, un dialogue de plus en plus marqué s’instaure au sujet du rôle des acteurs économiques et, en particulier, des institutions financières dans la société, ce qui démontre l’appétit pour le changement du grand public.

Cette évolution a conduit plusieurs banques à se positionner comme étant plus éthiques et plus transparentes, et à promouvoir plus activement les crédits et investissements durables. Lorsque ces engagements en faveur de la durabilité sont authentiques, ils se révèlent profitables à l’ensemble du secteur bancaire.

De très nombreuses personnes continuent à choisir la Banque Triodos comme leur première banque car elle rencontre leurs besoins financiers tout en prônant les mêmes valeurs qu’elles. Il en est résulté une nouvelle croissance des dépôts, des crédits et des investissements durant l’exercice sous revue.

Des coûts plus élevés, des marges plus faibles et un impact croissant : c’est le défi que doit relever le secteur bancaire

Les coûts plus élevés nécessaires pour rencontrer les exigences réglementaires d’un côté et les marges plus réduites de l’autre ont pesé sur la rentabilité de la banque. Ces facteurs se sont particulièrement manifestés en Belgique et en Espagne au cours de l’année. Le resserrement des marges résulte à la fois des faibles taux d’intérêt et de la concurrence accrue pour attirer des clients, tant particuliers que professionnels - la concurrence se jouant aussi bien sur les prix uniquement que sous la forme de banques empressées de se positionner sur le terrain des prêts ‘durables’ attractifs.

La Banque Triodos a élaboré un plan stratégique détaillé pour les trois années à venir. Ayant identifié les tendances naissantes sur le marché et les développements possibles au sein de la société, ce plan met l’accent sur quatre domaines stratégiques considérés comme primordiaux : élargir l’envergure de la Banque Triodos, innover davantage, devenir encore plus une organisation apprenante et continuer à renforcer son approche relationnelle. Ces quatre volets seront des priorités à la fois pour la banque et pour ses parties prenantes dans les années qui viennent. Leur objectif est de permettre à la Banque Triodos de générer un impact durable accru sur le long terme.

En dépit d’un environnement difficile sur le marché du crédit, les succursales de la Banque Triodos ont pu accroître leur portefeuille de crédits, ce qui est essentiel si la banque veut augmenter son impact. Néanmoins, assurer un équilibre sain entre la croissance du portefeuille de crédits et un apport relativement important de dépôts demeure un point d’attention important.

Nos réalisations

Devenir la Première Banque de nos Clients

Si la Banque Triodos souhaite augmenter son impact et remplir sa mission, il est essentiel qu'elle puisse offrir un éventail complet de services d’un haut niveau qualitatif à ses clients, particuliers ou entreprises, et augmenter le volume de transactions avec ceux-ci. Une gamme complète de services est déjà proposée dans certains pays, notamment aux Pays-Bas ou encore en Espagne où la succursale a élargi son offre vis-à-vis des entreprises durables avec le lancement d’un package commercial incluant des terminaux de paiement et des solutions de crédit. Au Royaume-Uni, la Banque Triodos met actuellement en place un compte courant qui sera proposé aux particuliers en 2016. Les crédits hypothécaires durables demeurent un produit totalement unique sur certains marchés et qui traduit l’opportunité réelle pour la banque de contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur du logement.

En Allemagne, la Banque Triodos a accru ses nouveaux engagements de 20% et a lancé un nouveau produit d’épargne, tout en levant avec succès de nouveaux capitaux, et ce, en dépit d’une présence relativement récente sur ce marché. La succursale s’est développée selon les prévisions en 2015.

La Banque Triodos souhaite renforcer ses fonds propres afin d'être en mesure d'assurer sa croissance et le développement de ses activités, en particulier dans le domaine des crédits. En 2015, 40 millions d'euros de nouveaux capitaux ont été levés aux Pays-Bas, en Belgique, en Espagne, au Royaume-Uni et en Allemagne, attirant 3.144 nouveaux détenteurs de certificats d'actions. Ces certificats ont été activement proposés, pour la deuxième année consécutive, aux clients et prospects allemands, cette campagne ayant permis de lever 3,5 millions d’euros (contre 2 millions en 2014).

En Belgique, la Banque Triodos a ouvert sa première agence régionale à Gand. Celle-ci se concentre sur les particuliers, les organisations et les entreprises de la région gantoise. Son ouverture a été largement couverte par la presse.

La popularité de la banque ne cesse de croître grâce aux relations soutenues qu’elle entretient et à la volonté de nos clients de recommander la Banque Triodos. Plus de la moitié des clients néerlandais déclarent être prêts à recommander la banque à des tiers, un résultat extrêmement élevé dans le secteur bancaire. En Espagne, une étude indépendante a une nouvelle fois pointé le fait que la Banque Triodos générait un taux de satisfaction élevé auprès de ses clients, par comparaison avec ses concurrents.

Le bureau de représentation de la Banque Triodos en France a poursuivi le développement de ses activités, en ligne avec les prévisions, bien que celui-ci ne soit pas encore une succursale à part entière.

S’impliquer dans une organisation apprenante

La Banque Triodos encourage le processus de ‘cocréation’ parmi ses collaborateurs.

Une conférence destinée aux collaborateurs réunit annuellement un nombre important de membres du personnel. En 2015, cette conférence a eu lieu au Royaume-Uni, en étroite concertation entre le siège social et la succursale britannique. Le thème choisi était la valeur du ‘capital’ social, naturel, humain et autres formes de capital non financier, ainsi que le rôle à jouer par la Banque Triodos dans le développement et le financement de telles initiatives.

En 2015, les succursales ont commencé à travailler ensemble de manière plus structurée sur le plan de la communication interne, plus spécifiquement dans le cadre du développement d’une plateforme électronique qui sera lancée en 2016 et dont l’objectif est de favoriser et de simplifier la collaboration au sein de l’organisation.